jeudi 28 mars 2013

Ecoconstruction en Ardèche : Lao CC



Enduit terre paille - lôo



 Un petit coup de pub pour des copains : Joris, Mika et Mathias alias "Lao construction" , dans l'idée où donner de l"argent c'est voter, c'est "dire oui" et encourager ceux à qui et ce à quoi on le donne. 




Question bâtiment, faire travailler des personnes qui conçoivent et réalisent les constructions et les rénovations avec un souci de respect de la nature et de l'humain me semble pas mal, et puis je les aime bien alors forcément... !

Voilà comment ils se décrivent :

"Lao construction regroupe tous les domaines de l'écoconstruction qui nous tiennent à cœur. Construire et rénover des bâtiments efficaces thermiquement, en essayant de concevoir avec le client. Ce qui nous botte : la charpente traditionnelle, la paille, la terre, le bois, la chaux et tout matériau local, naturel, le moins industrialisé possible. Nous préférons des techniques simples, avec peu d'énergie grise mais pas mal d'huile de coude : c'est l'intensité sociale!"

Et bien sûr ce qu'ils ne disent pas c'est que vous aurez le plaisir de faire bosser chez vous des garçons aussi appliqués que drôles, sympathiques et charmants (la preuve en images) !

Rénovation, construction, chantiers participatifs... vous pouvez les contacter ici.
Dans l'idéal, ils cherchent des projets dans un rayon d'un heure de Désaignes donc Ardèche, Drôme et Haute-Loire mais si vous avez un très beau projet ils pourront venir jusqu'à chez vous et installer leur campement dans votre jardin.
logotype




mardi 26 mars 2013

"Dix habitudes à changer"


Voici ma propre lecture :
- Nous avons des attentes non exprimées envers les autres or ils ne peuvent pas deviner nos besoins et, de plus, certaines de nos attentes ne sont pas légitimes ou bien ils sont dans l'incapacité d'y répondre.
 --> Exprimons clairement nos besoins.

- Nous faisons des suppositions, des interprétations sur ce qu'attendent, pensent, ressentent les autres.
--> Prenons conscience de nos propres interprétations et demandons à l'autre ce qu'il en est.

- Nous nous raisonnons et nions nos ressentis émotionnels et physiques. Notre corps ne ment pas. Il nous éclaire sur quelque chose qui ne va pas.
--> Prenons conscience de nos ressentis, de nos malaises.

- Nous concédons de vivre des situations qui ne sont pas en accord avec nos besoins pour avoir la paix.
--> Agissons pour changer la situation. Si nous ne pouvons vraiment pas la changer, attention que ce ne soit pas nos propres limites ou les limites induites par le système qui nous disent cela, acceptons la situation et prenons conscience de cette partie de nous qui ne la veut pas, soit nous avons à comprendre quelque chose pour évoluer soit nous devons vivre cette situation tout en continuant à être nous-mêmes.
- Nous prenons en charge les autres sans qu'il ne nous le demande.
--> La première personne dont nous devons prendre soin et que nous avons à aimer c'est soi-même, après seulement nous pourrons accompagner sans attentes et avec amour les autres.

- Nous fuyons la confrontation de peur qu'elle tourne au conflit. 
--> Confrontons-nous et exprimons nous avec respect, sans violence, sur ce que les actions de l'autre qui nous dérangent, sur nos ressentis et nos propres besoins, sur ce que l'on souhaite qui change.

- Nous accusons les autres ou la vie de ce qui nous arrive.
--> Prenons conscience de nos responsabilités, nous co-créons notre réalité, rien ne nous arrive par hasard.

- Nous attendons ou recherchons une solution miracle à l'extérieure de nous-mêmes. Or elle n'existe pas. Nous seuls pouvons agir pour nous venir en aide et pas en posant une seule action et en reprenant nos habitudes qui nous ont mené à la situation délicate.
--> Prenons conscience de notre pouvoir et des conséquences de nos pensées, paroles et actions et agissons au quotidien en accord avec l'idée la plus haute de ce que nous voulons être.

- Nous patientons avec l'espoir que le temps fasse disparaitre les blessures. Or ce n'est pas possible, les conflits non intégrés existent et ne s'estompent pas avec le temps.
 --> Intégrons nos parties de nous blessées avec l'approche qui nous convient (DEI de JV Balga en ce qui me concerne).

- Nous répétons les mêmes erreurs qui mènent aux mêmes situations délicates. 
--> Transformons l’expérience pour en tirer les enseignements, s'enrichir et évoluer.

"L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, mais ce que quelqu'un fait avec ce qui lui arrive. » Aldous Huxley.


vendredi 22 mars 2013

Documentaire sur Pierre Rabhi

Le magazine "Empreintes" de France 5 dresse le portrait du paysan-philosophe Pierre Rabhi, à voir !!
Empreintes


Transurfing 4


 

Le tome 4 de Transurfing de Vadim Zeland est sorti !

L'avantage de ce volume est d'avoir à la fin un lexique qui reprend tous les concepts et idées du modèle.
Je n'ai pas l'impression d'avoir appris quelque chose de nouveau, il y a un passage intéressant sur Dieu, qui va dans le sens de ce qu'on eut lire dans "Conversation avec Dieu" de N.D. Walsh mais qui est bien moins approfondi que dans celui-ci.


Au passage, voici le lien vers l'article de Jean-Jacques Crevecoeur dans lequel il explique pourquoi il ne fait plus partie du groupe Transurfing malgré qu'il pense qu'il s'agit "d’un matériau de grande valeur et réellement novateur."

jeudi 21 mars 2013

Timide

Et si derrière la timidité se cachait la peur de ne pas faire mieux que les autres ?

samedi 9 mars 2013

La vie selon moi en 120 mots

J'ai rassemblé dans un dictionnaire mes écrits de ces trois dernières années : articles de mon blog, écrits personnels que je gardais pour moi, citations, résumés de lectures...
J'ai fait une nouvelle version en noir et blanc, moins chère du coup (9euros).

Acheter La vie selon moi en 120 mots
Les mots :
Acceptation, Accords toltèques, Amitié, Amour, Amoureux, Ardèche, Argent, Arrogance, Art, Astrologie, Autonomie, Balanciers, Beauté, Bioénergie, Cerveau, Champ, Changement, Chemin, Chien, Cœur, Collège, Colocation, Comparaison, Connerie, Conscience, Creuse, Culpabilité, Danse, Défaut, Dépendance, Désir, Détermination, Dieu, Dominant, Douleur, Doute, Drôme, École, Ecole en mieux, Écolière, Effet boomerang, Égalité, Église, Elementaux, Énergie, Enfant, Enseigner, Evolution, Expérience, Extraordinaire, Extraterrestre, Famille, Fantôme, Feng Shui, Frère, Foi, Football, Fraternité, Génies, Géobiologie, Gratitude, Guérir, Guérison, Handicap, Hasard, Holographie, Humour, Importance, Inconscience, Insatisfaction, Intuition, Inversement   des pôles, Invisible, Légende personnelle, Liberté, Lumière, Magie, Maison, Massage, Médecine allopathique, Médecine alternative, Médicament, Mémé, Moi, Mort, Musique, Noël, Ouverture, Opinion, Optimisme, Paradigme, Pardon, Parole, Pensée, Perfection, Peur, Photographier, Positivisme, Pouvoir, Le   pouvoir   du moment présent, Possible, Projet   collectif idéal, Pyramide, Raison, Résonance, Rêves,  Sagesse,  Santé,  Sixième sens, Succès, Suicide, Télévision, Terre,  Thérapeute, Vaccin, Vie antérieure, Vingt­-et­-un,  Vingt­-neuf,  Vivant,  Voyager.

Mon idée : garder la trace de mes points de vue à cette date, semer des graines de réflexion chez ceux qui auront envie de le lire.

"Dictionnaire : invitation au voyage" Olivier

Le lien pour commander le dictionnaire chez "The Book editions" ou pour le recevoir en pdf est dans la barre ci-contre à droite.




 Et pour 11 euros, vous pouvez recevoir un livre avec "La vie selon moi en 120 mots" et "Cinq années de maîtresse".

lundi 4 mars 2013

Ecole, encore et toujours !

Parfois, je repense avec nostalgie à l’école, à mon métier d’instit. Je repense à des bons moments passés ensemble, à des expérimentations, à des réflexions…Je me dis que j’y retournerais bien, pour la vie avec les enfants, pour faire avancer l’éducation, pour servir à quelque chose dans la société. Et puis, non. Je me rappelle ce qui fait que je ne peux pas y retourner, pas comme ça. Je pourrais me retrouver dans ces situations :

-         avoir un espace trop petit, aseptisé, impersonnel, où les enfants connaitraient la même concentration qu’en prison, n’auraient pas la possibilité d’avoir un espace personnel, un espace pour se reposer, des espaces dédiés à différents activités, un espace extérieur naturel aménageable au gré des idées,
-         recevoir des enfants réveillés depuis 6h30 et ayant fait une heure de bus avant d’arriver, devant la refaire le soir, des enfants fatigués dont le rythme biologique n’est pas respecté,
-         travailler dans une école qui n’appartient pas à un territoire et ses habitants, où les parents sont placés en dehors comme devant obéir et faire confiance à la grosse machine étatique, où les voisins râlent et ne participent pas, où les élus ne réfléchissent qu’en terme financier, où les collègues râlent après les enfants, les parents, l’inspection, où le personnel éducatif n’entre pas dans le dialogue…
-         envoyer les enfants le midi dans une cantine bruyante et étroite aux produits non locaux, non biologiques, sur-carnés, au personnel non respectueux qui impose la place et ce qui doit être mangé, ne laissant aucune place à l’autonomie et aux initiatives,
-         travailler dans une école où la cour est une jungle où règne la loi du plus fort, sans espace naturel, sans matériel qui permette des expérimentations, sans abri,
-         une école où l’on ne peut remettre en cause l’intrusion des devoirs
-         une école où les enfants sont des exécuteurs d’exercices
-         une école où le matériel à disposition n’est riche qu’en cahiers et manuels, dépourvue de balance, microscope, fils de laine, romans et documentaires…
-         une école où l’on doit faire vacciner ses enfants, ah mince toute alors !
-         une école où l’on met des notes, fait des classements,
-         une école où l’on est parqué avec ceux de son âge,
Du coup je la vois comment l’école où je veux travailler ?
Je pense qu’un enfant a besoin de :
-         sécurité affective et physique pour développer des apprentissages, 
-          reconnaissance : ses progrès doivent être reconnus par les adultes en qui il a confiance
-         d’autonomie et de prise d’initiative : l’autonomie ce n’est pas resté assis sagement à exécuter des exercices, c’est être capable de mettre en place des règles de fonctionnement dans l’intérêt de chacun. Les enfants ont besoin d’exprimer leur imagination et leurs capacités en proposant des projets et en les mettant en place.
-         d’expérimentation : il fait ses essais et erreurs à son rythme
-         d’espace personnel et de contact avec d’autres de son âge et d’âges différents.
L’école est :
-         une école du territoire
C’est une école à laquelle les enfants peuvent se rendre à pieds, une école de village, de quartier.
Une école qui appartient aux habitants, à ceux qui vivent là.
Elle a un espace assez grand à l’intérieur comme à l’extérieur.
A l’intérieur il y a un espace convivial où l’on peut trouver à boire et à manger, où l’on peut s’asseoir confortablement, un espace où l’on puisse tous se réunir, un espace où l’on puisse se reposer, une bibliothèque, un espace avec chacun son espace personnel « table avec rangement inviolable par qui que ce soit », des espaces dédiés à différentes activités : peinture, informatique, bricolage, création en tissu, fils, cuir, terre, argile, laboratoire… et avec dans chacun tout le matériel nécessaire récupéré ou donné, une cuisine et une salle de restaurant.
A l’extérieur, un espace naturel avec herbe, fleurs, potager, arbres… aménageable au gré des idées et projets, avec éventuellement des animaux, une mare. Un espace avec du matériel appropriable par les enfants pour s’adonner à des jeux et expériences selon leurs capacités et envies : portique avec cordes, trapèze, balançoire, toboggan, objet à escalader… Un espace extérieur abrité pour être dehors sans être au vent ou à la pluie.
L’espace est éducatif : tout ce qui est là peut être détourné, les adultes assurent la sécurité et aident à la mise en place, à la maintenance.
L’école est communautaire, son fonctionnement ne découle pas que du bon vouloir des enseignants. Tous les adultes qui se sentent concernés s’y retrouvent pour partager et décider : les parents, les voisins, les élus et les enseignants. L’école est ouverte toute la semaine, à certaines heures l’enseignant est présent, pour les autres ce sont soit des bénévoles soit des employés communaux.
L’espace est entretenu par tous : on fait tous le ménage selon des modalités à établir, on fait à manger, on sert et dessert le repas on entretient l’espace naturel, les végétaux et les animaux.
Les repas peuvent être préparés par des enfants avec l’aide d’un adulte à partir des produits du jardin et de produits locaux. La salle où l’on mange est une salle conviviale où l’on peut s’asseoir où l’on souhaite, où chacun participe au service et au nettoyage. Les plus grands aident les plus petits à manger.
L’enseignant n’est pas la seule personne à éduquer les enfants. Des intervenants passionnés peuvent être présents de manières ritualisée ou occasionnelle : ateliers « échec », « jardin », « bricolage » ou projets « construction de cabane », « spectacle de marionnettes »…
L’école est ouverte toute la semaine (du lundi matin au samedi midi par exemple) toute l’année à part quelques semaines et chacun y vient quand il veut. Les horaires peuvent varier avec les saisons.
-         Une école vivante
Le milieu est hétérogène : les classes sont multi-âges. Pas de compétition ni concurrence mais entraide et coopération. Ce qui n’empêche pas aux enfants du même âge de se retrouver pour réfléchir entre pairs.
Les apprentissages se font de différentes manières :
-         un ainé transmet un savoir : l’ainé peut être un autre enfant de la classe ou un intervenant,
-         entre pairs, avec le matériel à disposition,
-         seul avec le matériel l’enfant essaie, fait des hypothèses, développe les langages
Les enfants acquièrent des savoir-faire, des savoir, des capacités car ils font des choses pour lesquelles ils sont motivés, qui font sens pour eux. Quand on vit dans un milieu vivant hétérogène où des plus grands lisent et écrivent, l’intérêt de ces deux activités est évident.
Les adultes accompagnent, répondent aux sollicitations, apportent le cadre sécure nécessaire, tant physique qu’affectif. L'enseignant reconnait les progrès, les compétences. Il encourage. Il écoute. Il observe. Il propose. Il met à disposition.
A partir d’un certain âge, les enfants ont besoin d’échanger avec d’autres. Ils peuvent engager des correspondances, organiser des rencontres sportives, culturelles…
Les enfants sont en contact avec l’extérieur : ils téléphonent, écrivent par courrier postal ou électronique. L’école est ouverte, peuvent y être organisées rencontres, spectacles, débats…
L’organisation est décidée en réunion, de nombreuses règles de vie en collectif sont implicites, d’autres ont besoin d’être réfléchies, écrites pour évoluer. Ainsi lorsqu’il y a des dysfonctionnements de constatés c’est tout le groupe qui cherche une solution et dans l’intérêt de chacun. Ce n’est pas le maitre qui gronde et impose une solution. Il garantit juste par sa présence le respect de la loi et de l’intégrité de chacun des membres.

- Une école épanouissante
Et on fait quoi au quotidien dans cette école ?
Des activités artistiques : peindre, sculpter, écrire, chanter, danser...
Des activités artisanales : fabriquer en bois, en terre, en pierre..., bricoler, réparer...
Des activités pour la vie du groupe : jardiner, cuisiner, ranger, nettoyer, soigner animaux et végétaux...
Des activités culturelles : lire, regarder, écouter, observer, admirer...
Des activités humaines : rêver, dormir, se relaxer, parler, imaginer, discuter, jouer...
Des activités sportives : escalader, ramper, courir, rouler, sauter, se balancer, descendre, lancer...
Des activités intellectuelles : essayer, comprendre, découvrir...

Des questions : est-ce que des sujets sont obligatoires ? ou est-ce que tout est laissé à l'émulation, aux propositions ?
S'il y a des sujets obligatoires pour moi, c'est la connaissance du corps, la connaissance de l'histoire, la connaissance de différents modes de vie dans l'espace et le temps.
Y a-t-il des limites de temps imposées ? le temps devant l'ordinateur ? le temps dedans/dehors ? le temps dans les activités pour la vie du groupe ? le temps de présence sur une semaine ? une année ?
Y a-t-il des savoir-faire, connaissances, compétences à acquérir avant tel âge ? sanctionnés par un diplôme ?
Je dirai plutôt non, je pense plus à un projet de "fin de cycle" à présenter.

Pas de programme je crois, plutôt une obligation d'attitude : l'ouverture, le non-jugement, le doute, le questionnement.
Et pour les adultes, deux obligations : une parole impeccable respectueuse des autres et de soi-même, un comportement impeccable, enfin faire de son mieux dans ces deux domaines en gardant en tête que les paroles et les actions servent de modèle aux enfants.

A ceux qui penseraient que les enfants ne feraient rien dans une telle école, oubliez de suite ! La difficulté serait bien plus de réguler pour ne pas trop se disperser.
Ma place dans ce projet :
-         observer les enfants, les connaitre, les reconnaitre, les accompagner
-         coordonner les échanges entre les différents adultes, les enfants
-         coordonner la gestion de l’espace et du matériel
-         aider à la mise en place des projets