jeudi 24 novembre 2011

Négawatt et passage à l'action

De passage en Ardèche, j'ai participé à la préparation et l'animation d'une soirée conférence-débat à l'initiative d'amis motivés pour faire connaitre le scénario Négawatt.

Ils nous ont présenté ce scénario qui s'appuient sur  trois grands principes nécessaires et indissociables :
- la sobriété, opposé de l'ébriété : se passer du superflu, une sobriété heureuse, une simplicité volontaire,
- l'efficacité : utiliser des technologies efficaces et durables,
- l'utilisation des énergies renouvelables.
Ce scénario montre que contrairement aux idées reçues, les énergies renouvelables peuvent subvenir à nos besoins si nous appliquons la sobriété et l'efficacité. Ce travail fait par des indépendants est très détaillé et chiffré, s'appuie uniquement sur des technologies existantes.

Quelques heures avant la soirée, j'ai proposé de participer. Je trouve très intéressant de faire connaitre un tel scénario, de démontrer que la transition énergétique est possible, il me parait intéressant de réfléchir ensuite au passage à l'action.
Je me suis appuyée sur mon expérience d'instit, le travail de Guilain sur la question de la motivation, la conférence de la Scop Le pavé sur "la faim du pétrole" et son approche du comportement humain face à adoption de nouveaux comportements.


Voici mon raisonnement :
Pourquoi agissons nous ?
Nous pouvons être motivé par :
1- l'action en elle-même,
2- le fait que l'action corresponde à nos propres valeurs,
3- le fait que l'action corresponde aux valeurs de nos proches,
4- une ou plusieurs conséquences de l'action,
5- des conditions matérielles ou la loi qui nous oblige à faire cette action.
Exemple : je peux aller au travail à vélo parce que j'aime faire du vélo, parce que je ne veux pas bruler de carburant, pour faire plaisir à mes proches, pour faire des économies, parce que je n'ai pas de voiture, parce qu'il 'y a plus de pétrole !

Comment passons nous à l'action ?

1- J'ai l'idée, je prends conscience de la possibilité de cette action,
2- J'envisage de faire cette action, je pèse les avantages et les inconvénients,
3- Je me prépare
4- Je passe à l'action
5- J'achève cette action, je la consolide, elle devient naturelle pour moi.

D'abord je me dis que ça serait bien d'aller au travail à vélo, je me dis que ça me ferait faire du sport, faire des économies mais qu'il faudra que je me lève plus tôt et que je risque de subir des intempéries, je me prépare psychologiquement et matériellement, je vais au travail à vélo, j'en prends l'habitude, j'ai tout ce qu'il me faut pour faire du vélo, je vends ou partage ma voiture !

On peut parfois régresser dans le cheminement, ou avoir besoin de passer beaucoup de temps sur la phase "j'envisage", ce qui fait que l'on va franchir les étapes rapidement c'est notre détermination, c'est à dire notre capacité à avoir plus envie de réussir que peur d'échouer.

L'idée est que les convaincus sont déjà engagés dans des actions de transition énergétique, qu'ils en adoptent de plus en plus en s'enrichissant des pratiques des autres.

Pour que la société prenne un réel virage, il faut que les non-convaincus prennent conscience des changements nécessaires, qu'ils entrent dans le cheminement qui va les amener à changer leurs comportements.

Pour Antony, le conférencier du Pavé, ce qui ne marche pas c'est de faire des conférences avec des spécialistes dans des salles, c'est de militer dans le cadre prévu et subventionné par le système.

Ce qui marche dans l'action de groupe, c'est d'imaginer et mettre en œuvre des manifestations originales non attendues par le système.
Ce qui fonctionne pour semer des graines chez les non-convaincus, c'est :
- de discuter avec eux dans l'espace public,
- de se montrer bienveillant envers eux, c'est à dire de ne pas les juger car ils adhèrent à la pensée "moyenne véhiculée par les média" sur le sujet qui nous tient à cœur, nous avons tous des sujets pour lesquels nous n'avons pas approfondi la réflexion et adhérons à cette pensée "globale",
- de les écouter, de leur donner l'occasion d'exprimer leurs problèmes, leurs visions,
- de partager avec eux, ils pourront peut-être nous éclairer sur d'autres sujets,
- de leur donner un verre car au bout d'un moment on se demande ce que l'on fait là à discuter dans la rue avec un inconnu et qu'avec un verre à la main tout de suite on se sent mieux, plus légitime !

A chacun d'inventer des modes de communication en ce sens afin de semer des graines et en espérant qu'une de ces graines fasse grandir un mouvement de masse.

Dans sa conférence, Antony raconte des manifestations originales qui ont porté leurs fruits, comme par exemple le blocage d'un aéroport avec le simple envoi d'une lettre expliquant que des personnes, habillées comme tout le monde, allaient venir à l'aéroport vers 8h et allaient s'enfermer dans un WC public avec un stock de bons bouquins pour toute la journée et que viendraient autant de personnes qu'il y a de WC. Si cette action peut faire sourire au départ, on se rend compte ensuite du danger qu'elle représente pour les gérants de l'aéroport.
Pour l'action sur la voix publique, il y a le "porteur de paroles" : on installe une grande affiche sur laquelle on écrit une question ou une affirmation qui va susciter des réactions sur le thème dont on veut parler (exemples pour parler auto-stop "auto-stoppeurs, même pas peur" ou "auto-stoppeurs profiteurs"), et puis des fils à linge pour pouvoir accrocher des feuilles A4 avec les traces que les gens veulent laisser. Il faut réussir à lancer une discussion avec des passants et si tout se passe bien les discussions peuvent s'enchainer, il n'y a plus qu'à apporter les verres !

Au quotidien, je n'hésite pas à discuter avec des inconnus, en faisant du stop, dans le train...

samedi 10 septembre 2011

Determination

La détermination c'est quand l'envie de réussir est plus grande que la peur d'échouer.

C'est ce que j'ai retenu de la conférence gesticulée faite par Anthony du Pavé sur la "faim du nucléaire" au festival Eho ! Liens.

jeudi 8 septembre 2011

Slovénie

Demain départ pour 17 jours en stop, bivouac, couch surfing.

Première étape en Ardèche chez Isa et Oliv, puis direction la Slovénie via l'Italie : Turin, Milan et pause à Venise.
Une semaine sur place en Slovénie, a priori couch surfing chez Hernan et Ivi en pleine campagne et après sans doute Ljubljana, les grottes de Postojna, la cote adriatique.
Dernier week-end en Aveyron.

samedi 3 septembre 2011

Année de libération

Cécile m'a calculé mon année de libération grâce à un livre de numérologie, je suis née le 3-12-1983, on ajoute 3,1,2,1,9,8,3 et on trouve 27. Mon année de libération se situe donc autour des mes 27 ans.
Début juillet 2010, 5 mois avant mes 27 ans, j'ai annulé mes projets, j'ai rencontré Ardheia. Au cours des mois suivants, j'ai rencontré toutes les personnes qui m'entourent aujourd'hui, j'ai découvert tous les sujets qui me passionnent à présent.

Il y a quelques jours j'ai fêté ma non rentrée, parmi la trentaine de personnes présentes, seules 3 auraient été là avant juillet 2010.

Hasards, coîncidences...

J'aime bien voir si l'âge de libération fonctionne aussi chez les autres, certains se sont bien marrés grâce à  l'absence totale de crédit qu'ils apportent à ce calcul, d'autres ont trouvé des évenements marquants dans leur année de libération.

PossibleS !

Depuis hier, ma dispo est officiellement commencée.
Quelques remords ont tenté de m'atteindre, juste assez que pour me reviennent bien clairement toutes les raisons de cette décision. La première est que je veux être disponible, que je veux pouvoir m'adapter à tout ce qui se passe, tout ce qui change en ce moment, que je souhaite pouvoir disposer de mon temps comme je le veux en fonction des évènements.
J'ai besoin aussi de temps pour m’intéresser plus en profondeur à tous ces nouveaux possibles que je découvre depuis quelques semaines.

Il y a un cinquième accord Toltèques : Ne vous croyez pas vous même, ni personne d'autre. Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est ce vraiment la vérité ? Ecoutez l'intention qui sous-tend les mots et vous comprendrez le véritable message.
Je pense avoir commencé à appliquer cet accord lorsque j'ai remis en cause tout ce que je prenais pour vrai au sujet du réchauffement climatique, puis lorsque j'ai commencé à douter de l'impossibilité de toutes ces choses qui m'avaient été présentées comme impossibles par mon éducation, par la société.
Mais en fait je suis qui, je sais quoi pour savoir ce qui est possible et ce qui ne l'est pas, comment puis-je savoir ce qui est la vérité ? En faisant des expériences, je découvre des choses possibles mais je ne peux pas dire que quelque chose est impossible car je n'en ai pas encore fait l'expérience.

Depuis cette remise en question, j'ai justement fait des expériences de ce qui me paraissait absolument impossible.
D'abord avec Christine : découvrir la réalité énergétique de notre corps, le pouvoir des pierres et des cristaux, l'existence sur d'autres plans d'entités parasites et de présences bienfaisantes, les clairs-perceptions, la force de notre volonté, les mémoires transgénérationnelles, les vies antérieures, l'évolution de notre conscience, la possibilité de programme, de création...
Puis avec Vincent, la puissante découverte de l'instrument de mesures quantiques qu'est notre corps : ressentir les phénomènes géobiologiques, connaitre la qualité des aliments et l'améliorer, localiser des personnes à distance, méditer, ressentir notre champ vital et nos axes, se recentrer et recentrer les autres, connaitre l'énergie d'un lieu, ressentir les présences des autres plans, discuter avec elles, être en connexion avec son guide, se libérer de blocages grâce aux pierres thérapeutiques...
Avec des livres : Le réveil de la conscience, Les quatre accords toltèques, Anna Grand-mère de Jésus, et surtout Initiation.
D'autres livres sur l'astrologie, le feng shui...

Ma liste des possibles s'est donc bien agrandie...
C'est avec plaisir que j'échange et/ou fais découvrir ses nouvelles expériences à tous mes proches qui sont prêts et en ont envie.

Voici quelques liens (au sujet de l'automne qui arrive) :
- une conférence sur le calendrier Maya et le grand changement actuel Ian Lungold explique le calendrier Maya et donne des clefs pour nous aider à vivre les changements,
- le blog de Danielle Clermont, astrologue et son bulletin pour le mois de septembre
- deux sites sur l'économie : LEAP 2020 et le blog de P. Jovanovic

J'ai décrit de manière générale ce changement que je vis en donnant des mots, des possibles. Peut-être que je déciderai d'écrire précisément ces nouvelles expériences dans de prochains articles.

jeudi 21 juillet 2011

Tout savoir sur Bernard Collot !


Son blog : http://education3.canalblog.com/

Voici le lien pour écouter les chroniques audio de Bernard Collot, je vous recommande particulièrement celles sur le multi-âge et sur l'espace.

Ici, vous pouvez visionner un reportage canadien de 20 minutes sur la classe de Bernard à Moussac dans la Vienne.
Quand j'arrive à 8h, je ne sais pas ce qui va se passer
Les enfants ont tous appris à lire mais je ne sais pas comment !

Le premier livre de Bernard "Une école du 3ème type" est disponible ici.

En attendant de trouver un éditeur, il publie son second livre "L'école de la simplexité" ici.

Complétement Toltèque


En février, alors que j'étais d'humeur assez mélancolique, Cécile m'a mis entre les mains un livre : "Les quatre accords Toltèques" de Don Miguel Ruiz. 
"Ca m'a plu de le lire, ça devrait te plaire aussi !", avec son sourire et sa douceur.

Ce livre fait du bien !
Je tente d'en écrire ma lecture :
L'auteur, un chaman mexicain, nous expose la vision Toltèque de la vie humaine dans laquelle nous serions éduqués dans les accords de la société (hérités du judéo-christianisme pour nous),  où nous serions sans cesse entrain de laisser notre juge intérieure malmener notre victime intérieure, dans laquelle nous aurions une perception bien personnelle de la réalité à travers nos propres "lunettes".
Il nous confie l'aboutissement de la réflexion des Toltèques sur comment vivre heureux, libre, celui-ci tient en quatre accords à passer avec soi-même :

- Avoir une parole impeccable : utiliser la parole de manière positive envers les autres et soi-même, ne pas médire, ne pas s'insulter soi-même, dire ce que l'on pense en toute intégrité...

- Quoi qu'il arrive, ne pas en faire une affaire personnelle : ce qui pose problème aux autres correspond à une difficulté de leur propre réalité, sans fuir ses responsabilités, il ne faut pas prendre pour soi ce qui en fait interne à l'autre.

- Ne pas faire de suppositions, mieux vaut poser la question, savoir si nos hypothèses sont justes plutôt que de se monter un scénario qui nous rend triste inutilement.

- Faire de son mieux, surtout dans la réalisation des trois premiers accords ! A chaque moment, en fonction de notre état, nous faisons de notre mieux, qui ne correspond pas encore forcément à l'idéal que nous avons mais que nous tendons à faire tendre vers celui-ci.

Ces quatre accords paraissent assez difficiles à appliquer mais, une fois que nous les avons en tête, nous adoptons petit à petit de nouveaux comportements qui deviennent naturels. En quelques mois, mon expérience me fait dire qu'il est de plus en plus facile de renvoyer balader son juge intérieur, de ne pas s'attrister des réprimandes des autres, ne pas s’échafauder des histoires dont nous serions la victime mal-aimée et mal-chanceuse, et d'accepter nos agissements sans les juger,  se satisfaire de ce que nous sommes et au final de vivre plus librement, sans se soumettre au regard et la volonté des autres.
Cela permet aussi d'accepter plus facilement nos proches tels qu'ils sont, d'avoir moins d'attentes et d'exigences envers eux. Il devient aussi plus aisé d'accorder notre attention à ce et à ceux qui le "mérite".

Au final, ce livre m'a apporté davantage de liberté, de sérénité, de confiance, même si bien sûr je ne parviens pas à être "complétement Toltèque",  j'aime la voie dans laquelle cette lecture m'a permis d'entrer.

Vous pouvez lire ici l'article de Wikipedia au sujet de l'auteur et des accords, avec un cinquième accord "Soyez sceptique, mais apprenez à écouter".
Pour aller plus moins : passeport Toltèque.

Amis athés, je vous invite à ne pas vous laisser repousser par la vision déiste, créatrice du monde qui sous-tend l'écriture de ce livre.

Optimiste

Il suffit de peu de choses pour changer le goût de la soupe.

Si la société est une soupe, peut-être qu'une poignée de gens au mode de vie alternatif et qu'une pincée de personnes à la conscience plus éveillée peuvent en changer le goût...

mercredi 20 juillet 2011

Le point sur ma dispo

Yann : "J'ai vu ton nouveau blog !"
Moi : "Oui mais je ne le tiens pas !"

J'ai eu plusieurs idées d'articles ces derniers mois mais je n'ai pas pris le temps d'écrire...

J'ai commencé depuis 20 jours mon année sabbatique, enfin plus exactement je suis en dispo depuis 20 jours. Je ne sais pas quand je vais reprendre ni même SI je vais reprendre mon métier d'instit à l'école publique.

Au cours de ces cinq années d'enseignement à l'école de Saint Silvain Bellegarde, j'ai pris beaucoup de plaisir, même si c'était moins vrai depuis les dernières vacances de printemps, à aller à l'école chaque matin, à contempler le paysage, à mettre la clé dans la serrure, à entendre les premiers élèves arriver et à passer des journées de 6h enfermés à environ 20 personnes dans ces quelques mètres carrés.

Avec seulement quelques jours de recul, je dirais que ce qui m'a le plus plu c'est :
- la vie, les échanges avec ces 51 enfants, les cinq voyages, le plaisir de les voir s’épanouir, se révéler, progresser mois après mois.
- la réflexion, la recherche, l'expérimentation sur comment permettre l’épanouissement de chacun afin que tous puisse s'engager dans la voie de l'autonomie qui permet d'être l'auteur de sa vie et bien sûr, fonctionnariat de l'Education nationale oblige, afin de leur permettre d'acquérir les apprentissages fondamentaux ?
- l'observation de chacun, la découverte de chaque personnalité, l'observation et la compréhension des interactions dans le groupe.

Et ce n'est pas, le plaisir d’enseigner les accords du passé composé, les rigolades à se rouler par terre dans la salle des profs, les formations hyper profondes à l'IUFM...

Ce qui aurait pu être mieux, c'est la communication avec les parents, j'aurais aimé pouvoir discuter concrètement de la vie du groupe avec eux.

Ce qui me semble me donner envie de stopper mon métier pour l'instant, en dehors de choix personnels, est :
- l'organisation temporelle des journées, des semaines des années qui ne respectent ni le bio-rythme des enfants ni les cycles de la nature,
- l'organisation spatiale qui nous fait vivre dans une concentration plus élevée que des prisonniers sans espace individuel et sans espace aménagé pour les différentes activités,
- le programme à respecter,
- l'homogénéité des classes, deux années seulement dans la même classe,
- l'absence d'un projet éducatif construit avec les parents, les habitants, les élus,
- la place de l'instit omnipotent et tout-sachant, seule référence pour les enfants.

La question de l'éducation continue bien sûr de me passionner et je compte lire, échanger sur la liste CREPSC, rencontrer des collègues "en réflexion", découvrir leur classe, découvrir d'autres fonctionnements que l'école publique, participer au collège alternatif du plateau...

Mon choix de mise en dispo est sans aucun doute une excellente idée !

lundi 11 avril 2011

C'est fait !

J'ai envoyé aujourd'hui ma demande de mise en disponibilité pour le 1er septembre 2011 !

jeudi 7 avril 2011

Dispo ?

Aujourd'hui j'ai émis l'idée un peu folle de prendre une année sabbatique dès l'année prochaine !
Depuis la rentrée 1986, je n'ai jamais raté une année scolaire. 25 années d'école non stop (en comprenant la fac), il est temps de prendre du temps pour faire plein de choses qui m'intéressent et pour voyager !
J'ai jusqu'à lundi pour transformer l'idée en acte...

"En faire une occasion de renouvellement personnel, une occasion offerte à chacun par la communauté d'aller regarder ailleurs, de découvrir d'autres façons de vivre ensemble, d'approfondir des réflexions dont on a compris qu'elles étaient passionnantes sans jamais avoir eu le temps d'y revenir"
"Il faudrait que ces congés sabbatiques soient rémunérés comme le sont les congés payés et soient même considérés comme importants, comme un ajout à la richesse collective"  
Albert Jacquard

mardi 29 mars 2011

Une journée à l IUFM

Lundi 28 Mars j'ai passé la journée à l'IUFM de Guéret avec quelques collègues en stage sur le thème de la classe à plusieurs niveaux. Je leur ai présenté mon fonctionnement de classe, je leur ai passé le reportage dans la classe de Bernard Collot à Moussac.
Cette première expérience d intervention à l'IUFM a été intéressante pour moi. Je pense avoir réussi à partager en toute simplicité, sans aucune idée de supériorité, sans vouloir convaincre
Certains collègues ont envie de venir passer une journée dans ma classe, certains sont repartis avec des idées de changement pour leur classe.
J'espère avoir semé quelques graines de remise en question des pratiques, quelques graines d espoir sur les changements possibles au sein de l'école publique.
Un collègue de ma promo est reparti avec mon livre de Bernard et ça, ça m'a bien fait plaisir !

Cette journée m'a confortée dans mon envie de partager mon expérience.
Cette journée m'a donné envie de revoir Alice et Nicolas.

samedi 5 février 2011

samedi 29 janvier 2011

Sauvée !


Voici la couverture du livret d'une élève de grande section de maternelle, énorme !!

lundi 24 janvier 2011

dimanche 23 janvier 2011

Ciné débat sur l'école

J'ai organisé avec une amie une soirée ciné-débat sur l'école à Felletin le 22 janvier.
Au programme, trois cas d'école suivis de discussions en petits groupes puis collective :
- une école classique (1er type) de la région parisienne avec une instit cassante, des enfants assis qui attendent les ordres,
- la classe de Sylvain Connac (2ème type) dans la banlieue de Montpellier, avec un instit attentionné, calme et des enfants actifs, qui s'expriment, communiquent,
- la classe unique de Bernard Collot à Moussac dans la Vienne avec une structure qui permet aux enfants d'être auteurs de leurs apprentissages, de leurs projets, un instit qui permet, accompagne, réfléchit, se remet en cause et des enfants qui vivent.

Une cinquantaine de personnes sont venues, de tout âge, de milieux professionnels différents (6 enseignants seulement), l'ambiance était bonne, les gens intéressés, curieux, sympathiques.

Les discussions étaient d'un bon niveau : observation de l'enfant, confiance en l'enfant, rythmes et programmes, choix pédagogiques, choix politiques et société, classes multi-âge, parents/école, compétition/coopération, travail sur soi ...

Je suis satisfaite de cette soirée, satisfaite de faire connaitre cette école du 3ème type, de sentir ces qualités humaines dans mon coin de campagne.

On se retrouve le 1er février à Felletin, 20 rue Pisseloche, avec toutes personnes qui ont envie de réfléchir à la mise en place d'actions en rapport avec l'éducation. J'ai envie que nous demandions à Bernard Collot de venir faire une intervention à Felletin, autant pour faire connaitre l'école 3 type en Creuse que pour rencontrer Bernard.

lundi 17 janvier 2011

Les devoirs

Suite à une discussion avec un représentant des parents d’élèves qui m’a fait part de l’inquiétude de certains parents quant à l’adaptation aux devoirs demandés au collège (non partagée par lui qui se dit « contre » les devoirs, apprécie mon fonctionnement et dit voir son fils intéressé et motivé pour travailler à la maison), j’ai écrit ceci pour clarifier le fonctionnement :

Le fonctionnement mis en place dans la classe permet à chacun de travailler ce qu’il a besoin de travailler pour progresser, ainsi que ce qu’il a envie de travailler. Un travail individuel choisi par l’enseignante en fonction des difficultés rencontrées par chacun et un travail choisi par l’enfant en fonction de sa motivation doit permettre à tous de faire du travail scolaire à la maison de manière efficace et non conflictuelle.
En gagnant en autonomie et responsabilité dans ses devoirs, l’enfant pourra s’adapter au collège aux devoirs demandés qui prendront plusieurs formes selon les choix des différents professeurs.

Devoirs collectifs :
-         Pour chaque lundi, réviser l’orthographe des mots à savoir écrire à la fin du lexique.
-         Selon le travail en cours, il peut y avoir une fiche à lire ou à terminer.

Devoir collectif conseillé :
            - Lire chaque soir une vingtaine de minutes.

Devoirs individuels imposés :
-         Lors des suivis hebdomadaires personnels, j’inscris avec chacun dans le cahier de textes les fiches du porte-vues à apprendre ou réviser selon les difficultés rencontrées.

Devoirs individuels choisis :
-         Chacun écrit en fin d’après-midi dans son cahier de textes, les devoirs qu’il souhaite faire en plus pour le prochain jour de classe parmi une liste de possibles : écrire, lire, calculer, réviser, s’entrainer dans les différentes matières à l’aide du lexique, du porte-vues, des livres de la classe, du site « Chats Malos ». L’enfant me dit ce qu’il a écrit avant de partir.

Devoirs collectifs imposés si souhaités par l’enfant et les parents :
-         Pour chaque lundi, réviser une leçon d’homophones.
-         Pour chaque mardi, poser quatre opérations.
-         Pour chaque jeudi, s’entrainer en conjugaison.
-         Pour chaque vendredi, écrire une phrase et souligner les classes de mots.

Chaque jour l’enfant inscrit sur son PTA (Plan de travail et agenda, petit cahier jaune) les devoirs qu’il a effectué. Ce cahier est lu par l’enseignante avec l’enfant une fois par semaine.

mardi 11 janvier 2011

Mon fonctionnement de classe Janvier 2011

Voici un point sur le fonctionnement de ma classe écrit vendredi 7 janvier dans le train Clermont-Lyon après avoir rencontré, par hasard, une collègue altiligrienne, qui prépare un mémoire sur la gestion d'une classe à plusieurs niveaux :
Tu es descendue du train mais je continue, écrire va aussi m’aider à clarifier les choses pour les enfants, les parents, les collègues et pour moi !

Chaque jour les enfants ont un travail personnel obligatoire à faire :
-         Numération/opération : 30 minutes tous en même temps, à partir des brevets, soit il s’entrainent et peuvent demander de l’aide à un camarade ou à moi, soit ils sont en test et doivent travailler seuls. Pendant cette demi-heure, je suis assise à la grande table, les élèves qui ont besoin d’aide m’apporte leur « carte j’ai besoin » et je les appelle dans l’ordre. Le travail effectué est noté sur le PTA.
-         Ecriture libre : chacun doit écrire ou recopier un texte (le sien ou non : une poésie, un documentaire) sur son temps de PDT. Ce texte peut être publié sur son « bureau » sur notre site chats malos, il peut être envoyé aux autres classes du réseau. Je corrige les erreurs sans les expliquer, ils assimilent l’écriture correcte en recopiant. Toutefois, je cible un type d’erreur par enfant (en fonction de ses résultats à la dictée test) que je souligne et ne corrige pas (accord du GN par exemple). Quand l’écrit est fait, l’enfant colorie son rond selon le code sur l’affiche murale « travail obligatoire ».
-         Maths : calcul mental ou géométrie ou résolution de problèmes en PDT. Quand le travail est fait, l’enfant colorie son étoile selon le code sur l’affiche murale « travail obligatoire ».


Chaque jour, nous avons des plages horaires collectives :
-         Etude de la langue : lundi mots à savoir écrire par 2, mardi, jeudi et vendredi « phrase du jour »
-         Anglais : 3 fois par semaine avec des temps d’écriture libre
-         Conseil : mardi et jeudi pour proposer, féliciter, critiquer…
-         Plan de travail de la classe : chaque matin faire le point sur les choses à faire : quoi ? qui ? quand ?
-          Présentation : sur inscription les enfants présentent leurs projets aboutis, leurs exposés, un livre, une musique, un objet…ou font une lecture offerte.
-             Poésies : tous les jours les volontaires interprètent une poésie
-         EPS
-         Lecture silencieuse : chacun un livre silencieusement, il y a une liste de 10 livres obligatoires à lire en deux ans.
-         Chant
     

Chaque jour, les enfants ont un temps en petit groupe où ils font une de ces activités : classes de mots ou fonctions grammaticales, atelier d’orthographe, conjugaison, recherche en maths, géométrie, mesures et grandeurs.

Pendant ce temps, les autres sont en PDT, donc deux fois par jour, ils ont une « mission » à remplir sur deux semaines : faire une activité par domaine et les activités conseillées (par moi). Au début de chaque PDT l’enfant écrit sur son PTA l’activité qu’il va faire.

J’ai un temps de suivi hebdomadaire personnel avec chacun pendant lequel nous faisons le point sur la mission, le travail fait dans les cahiers d’entrainement et d’écrivain, sur le rangement des fiches, sur les projets en cours, les livres lus.

Le matériel :

Le PTA : une page « projets » pour écrire la date de début, le titre et la date de fin prévue, une page pour coller la mission, une page par jour où est écrit la date, le travail effectué à la maison, le travail effectué sur le temps numération/opération, le travail effectué en PDT1 et PDT2. Chaque vendredi est collée la fiche « travail obligatoire ».
Le porte-vues avec les fiches outils, les fiches d’organisation et les fiches de suivi.
Le trieur avec les fiches en cours et les mots pour les parents.
Le cahier d’entrainement avec un coté maths et un coté étude de la langue.
Le cahier d’écrivain.
Le lexique avec les mots les plus courants et les mots personnels à savoir écrire.
Le classeur avec toutes les matières.
Les fiches d’organisation : fiche domaine, fiche travail obligatoire, emploi du temps, fiche littérature, fiche exposé.
Les fiches suivi : stats classes de mots, stats dictées, fiche poésie/lecture silencieuse/lecture offerte/exposé, fiche commentaires, fiche température.

samedi 1 janvier 2011

Citation

"L'avenir est forcément aux inventeurs."


"Élargissez le décor de vos rêves."

Bernard Werber, La révolution des fourmis